Category: Actus

Conférence Mars Bleu 2024

Avec près de 48 000 nouveaux cas par an et à l’origine de 50 décès par jour en France, le cancer colorectal touche aussi bien les femmes que les hommes. Il est chez les femmes le 3e cancer le plus mortel et le 2e chez les hommes. Une situation d’autant plus préoccupante quand on sait qu’il s’agit d’un des cancers pour lequel on dispose d’outils de dépistage efficaces et qu’une prise en charge précoce garantie une guérison complète de 90 % des cas.

Constatant le trop faible taux de participation (34,3 % femmes et hommes confondus), la Ligue contre le cancer se mobilise pour accompagner et amplifier Mars Bleu la campagne de prévention du cancer colorectal.

ÉVÉNEMENTS À VENIR

–  du 4 au 8 mars : Mars Bleu au GHRMSA (Colon Tour, atelier de prévention et d’information, etc). Plus d’informations sur www.ghrmsa.fr

– Mercredi 20 mars : Conférence Mars Bleu à la Maison de la Ligue de Colmar. Au programme : Actualités sur le dépistage et la prise en charge du cancer colorectal. Animée par les référents locaux du cancer du côlon, le Dr Hammas interviendra pour présenter l’épidémiologie du cancer colorectal en France et dans le Haut-Rhin.


Dépêche APM – incidence des basocellulaires

L’agence de presse médicale APM a publié une dépêche suite à la communication orale présentée par le Dr Karima Hammas aux Journées dermatologiques de Paris en décembre 2023. Cette dépêche reprend les principaux résultats de l’étude menée à partir des données des registres du Haut-Rhin et du Doubs. Elle souligne notamment l’augmentation continue de l’incidence des carcinomes basocellulaires depuis 1980.

diaporama communication orale basocellulaires

Incidence des basocellulaires aux Journées dermatologiques de Paris 2023

Au cours d’une communication orale aux Journées dermatologiques de Paris (congrès réunissant 7000 participants), le Dr Karima Hammas a présenté les résultats d’une étude s’intéressant à l’incidence des carcinomes basocellulaires en France entre 1980 et 2019. Cette étude a été financée par la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin.

L’incidence des carcinomes basocellulaires en augmentation

Le carcinome basocellulaire est la tumeur maligne la plus fréquente chez les personnes à la peau claire. Il s’agit d’un type de cancer de la peau qui se développe généralement à la suite d’une exposition prolongée au soleil. En règle générale, le carcinome basocellulaire se développe lentement et ne métastase que très rarement. Toutefois, s’il n’est pas traité, il peut endommager les tissus et structures avoisinants.

A partir de données des registres des cancers du Doubs et le Haut-Rhin, nous avons cherché à déterminer la fréquence de survenue des carcinomes basocellulaires ainsi que les évolutions dans les taux d’incidence au fil du temps. Ces deux départements sont les seuls en France à avoir enregistrés ces cancers de manière exhaustive pendant une longue période.

Nous avons observé que les carcinomes basocellulaires étaient diagnostiqués à un âge moyen de 68 ans et qu’ils étaient principalement localisés au niveau de la tête et du cou. Ces dernières années, nous avons estimé qu’environ 180 nouveaux cas étaient diagnostiqués chaque année pour 100 000 habitants. Dans les deux départements, les taux d’incidence du carcinome basocellulaire a augmenté de manière significative au fil du temps, avec un ralentissement autour de l’année 2000.

Au total, l’incidence du carcinome basocellulaire a augmenté depuis 1980 et continue d’augmenter, en particulier chez les hommes et dans les groupes d’âge plus élevés. Le ralentissement observé depuis 2000 résulte possiblement des efforts de prévention. Notre étude a produit les premières estimations françaises à partir de données en population. Elle souligne l’importance de promouvoir des stratégies de prévention efficaces pour limiter à l’avenir l’augmentation de l’incidence de ces cancers.

Congrès ENCR-IACR, Grenade 2023

Le Registre du Haut-Rhin était présent au congrès international des registres des cancers, organisé conjointement par l’ENCR et l’IACR et qui se tenait à Grenade en novembre. Le Dr Hammas y a présenté les résultats d’une étude portant sur les cancers colorectaux post-coloscopies.

Cette étude, menée avec le Dr Bernard Denis des Hôpitaux Civils de Colmar, s’est intéressée aux personnes participant au dépistage organisé du cancer colorectal. Lorsque le test de recherche de sang dans les selles est positif, la réalisation d’une coloscopie de contrôle est indiquée afin de rechercher et traiter des lésions pré-cancéreuses ou cancéreuses. Nous avons plus particulièrement étudié les personnes chez qui la coloscopie ne retrouvait pas de lésions, et qui pourtant développaient un cancer dans les cinq années suivantes. Notre objectif était d’évaluer la fréquence de ces évènements, qui demeurent rares, et d’analyser les facteurs associés à ces cancers post-coloscopies.

ENCR

European Network

Webinaire Mars bleu – Cancer colorectal

Dans le cadre de Mars Bleu, le mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin organise une conférence en ligne le lundi 13 mars 2023 à 18h.

Pour s’inscrire : https://www.liguecancer-cd68.fr/

Au programme :

  • Épidémiologie sur le cancer colorectal – Dr Karima HAMMAS, Directrice du Registre des cancers du Haut-Rhin

  • Le dépistage : organisation, déroulement et résultats – Dr Patrick STRENTZ, Président de la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin

  • Le traitement chirurgical – Dr Pierre BARSOTTI, Chirurgien digestif au GHRMSA

  • Le traitement médical – Dr Stéphanie HUSSON-WETZEL, Chef du service d’Hépato-Gastro-Entérologie au GHRMSA

  • L’importance de la prévention et le rôle de la Ligue contre le cancer – M. Giscard LOUMEDJINON, Chargé de prévention à la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin

Congrès du Groupe des Registres de Langue Latine (GRELL) – Mai 2022

La 46ème réunion du groupe pour l’épidémiologie et l’enregistrement du cancer dans les pays de langue latine (GRELL) s’est tenue cette année à Pampelune, en Espagne.

Une communication orale sur les résultats de l’étude DOCSSTAD (analyses statistiques réalisées par Séverine Boyer) y a été présentée par le Dr Molinié, Directrice du Registre de Loire-Atlantique-Vendée :

 Molinié F, Boyer S, Delafosse P, Hammas K, Trétarre B, Woronoff AS and the Francim network – Breast cancer stage according to the mode of detection and to social deprivation

Survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine 1989-2018

Indicateur clé pour l’observation et la surveillance épidémiologique des cancers, avec l’incidence, la mortalité et la prévalence, la survie permet d’apprécier l’amélioration globale du pronostic des personnes atteintes d’un cancer, résultant à la fois des progrès thérapeutiques et des actions mises en oeuvre pour diagnostiquer les cancers à des stades plus précoces et pour améliorer leur prise en charge. 

La survie est essentielle pour évaluer le système de santé dans sa globalité et mesurer l’impact des politiques publiques en matière de prévention, de dépistage, et de soins. 

Cette quatrième étude de survie, réalisée à partir des données des registres de cancers métropolitains du réseau Francim, s’inscrit dans les objectifs des différents Plans cancer et de la Stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030, en particulier l’axe relatif à la lutte contre les cancers de mauvais pronostics.

Elle est le fruit du partenariat entre le réseau des registres français de cancers (FRANCIM), le service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices civils de Lyon (HCL), Santé publique France et l’Institut national du cancer (INCa). 

Cette nouvelle étude propose des estimations actualisées de la survie à 1, 5 et 10 ans après le diagnostic de cancer, ainsi que l’évolution de la survie depuis 1989. Pour la première fois des estimations de survie 20 ans après le diagnostic sont proposées ainsi que des estimations par sous-localisations anatomiques ou histologiques. 

La synthèse des résultats présente les éléments essentiels de la méthode utilisée et se focalise sur les principaux résultats, publiés par ailleurs dans des documents distincts pour chaque localisation. 

Les résultats détaillés sont disponibles sur le site de l’INCa et de Santé publique France.